a JPM - Films vus - Notules - Novembre 2017

JPM - Films vus - Notules -  Novembre 2017

Notules - Novembre 2017

 

Plus courtes que les critiques, les notules traitent d’un ou plusieurs films, ou de sujets d’actualité en rapport avec le cinéma. Jusqu’en septembre 2004, elles provenaient de divers forums aujourd’hui disparus. Par la suite, elles s’en affranchissent et sont rédigées directement ici.

Œuvres citées : Le sens de la fête – The party – The secret man Mark Felt: The man who brought down the White House – Les hommes du président – Frost/Nixon – Mise à mort du cerf sacréThe killing of a sacred deer – The lobster – Carré 35Geostorm – 2012 – San Andreas – Jalouse – Tatie Danielle – Au revoir là-haut – Le créateur – Paths of glory – Les sentiers de la gloire – The shining – La mélodieThe foreignerDiane a les épaules – Vive l’amour – Happy birthdeadHappy death day

Personnes citées : Éric Toledano – Olivier Nakache – Blake Edwards – Peter Landesman – Alan Pakula – Ron Howard – Yorgos Lanthimos – Bernard Herrmann – Éric Caravaca – Dean Devlin – Roland Emmerich – David Foenkinos – Stéphane Foenkinos – Albert Dupontel – Rachid Hami – Martin Campbell – Fabien Gorgeart – Christopher Landon

Le sens de la fête

Mercredi 1er novembre 2017

Réalisé par Éric Toledano et Olivier Nakache

Sorti en France (première à Paris) le 5 juillet 2017

Sorti en France le 4 octobre 2017

Je n’avais pas aimé les précédents films du tandem Toledano-Nakache, mais là, il y a du progrès : la base est celle de The party, de Blake Edwards, quoique à l’occation d’un mariage chez les riches. Et donc, tout tourne autour de l’équipe chargée d’organiser le repas du mariage. Bien entendu, tout tourne mal. La vedette est Jean-Pierre Bacri en meneur de jeu, sarcastique et caractériel, entouré qu’il est de ringards et d’incapables.

À vrai dire, on rit peu, et c’est légèrement trop long, mais la fin est une apothéose d’absurdité. La réalisation est très fluide et mobile, et ne sent pas le théâtre, en dépit de l’unité de lieu et de temps.

En bref : à voir.Haut de la page

The secret man

Vendredi 3 novembre 2017

Réalisé par Peter Landesman

Titre original : Mark Felt: The man who brought down the White House

Sorti au Canada (Festival de Toronto) le 6 septembre 2017

Sorti en France le 1er novembre 2017

Film qui, peut-être, intéressera les citoyens des États-Unis, quoique la démission de Nixon remonte à 1975, mais bien peu attrayant, vu de l’étranger. En effet, c’est une œuvre inutile – surtout après cet autre film bien plus ancien (1976), Les hommes du président, d’Alan Pakula – car l’interprète principal n’exprime rien, et les péripéties relatées restent assez obscures. Plus grave, le film ne donne pas le véritable motif de l’éjection de Nixon. Or il est inexact que le président dut démissionner pour avoir espionné le Parti Démocrate, car la majorité des États-uniens s’en fichaient. Ce qui est impardonnable, à leurs yeux, c’est que Nixon a menti en jurant n’avoir pas fait enregistrer tout ce qui se disait dans son bureau ! Eh oui, aux États-Unis, on ne pardonne pas les fautes morales ! Mais le film Frost/Nixon de Ron Howard était bien plus attrayant.

Le Mark Felt du titre, aujourd’hui décédé (en 2008), était le second du patron J. Edgar Hoover, qui a régné sur le FBI durant un demi-siècle, et dont les présidents successifs n’ont jamais pu se défaire, car il avait des dossiers sur tout le monde et faisait chanter ceux qui pouvaient lui nuire. Surnommé à juste titre « Le plus grand ripou d’Amérique », mêmes les frères Kennedy, qu’il haïssait et qui le lui rendaient bien, n’ont pu faire fonctionner le siège éjectable. Le pays n’a été débarrassé de lui que parce qu’il est mort, tout simplement. Mais cette mort n’a pas pu faire obtenir à Felt le poste qu’il convoitait, le numéro 1 de cette hiérarchie. Aussi a-t-il pris sa revanche en déballant tout à la presse, sous le sceau du secret – d’où le titre du film. Et c’est Felt qui avait été surnommé « Deep throat », en référence à un film porno de l’époque – « Gorge profonde » pour le public français.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Mise à mort du cerf sacré

Lundi 6 novembre 2017

Réalisé par Yorgos Lanthimos

Titre original : The killing of a sacred deer

Sorti en France (Festival de Cannes) le 22 mai 2017

Sorti en France le 1er novembre 2017

Sachant que la majorité des critiques français ont descendu en flammes ce film au titre prétentieux (pour une fois, Le masque et la plume a porté un jugement qui tient), et que beaucoup de spectateurs ont fait chorus, j’ai voulu vérifier le bien-fondé de leur opinion, poussé par une curiosité (malsaine) qui m’a permis de constater qu’en effet, ce film était le comble de la stupidité, et, une fois de plus, que le prix du scénario – décerné cette année à Cannes – n’avait aucun sens.

Bref, Martin, un garçon de seize ans (mais l’interprète en a vingt-cinq, et ça se voit), a perdu son père, mort sur la table d’opération parce que le chirurgien qui l’opérait avait bu. Résolu de se venger en tuant au moins un membre de la famille du chirurgien, il s’introduit dans la famille de ce dernier, devient envahissant, puis, par on ne sait quel moyen, il rend malades ses deux enfants et les amène au bord de la tombe. Le chirurgien ne sauvera sa famille qu’en tuant lui-même son fils, séquence grandiloquente ahurissante de bêtise... comme tout le reste du film.

Jusqu’à la bande sonore qui caricature la situation : elle n’est faite que de grincements et de bruits d’explosion. Dire qu’un critique ayant pignon sur rue y a retrouvé le talent de Bernard Herrmann !

Du même réalisateur, j’avais déjà noté avec The lobster sa tendance à tourner des scénarios ridicules. Là, ça empire...

En bref : à fuir.Haut de la page

Carré 35

Mardi 7 novembre 2017

Réalisé par Éric Caravaca

Sorti en France (Festival de Cannes) le 21 mai 2017

Sorti en France le 1er novembre 2017

Le Carré 35 est une section du cimetière chrétien, dans le cimetière du quartier Ben M’Sik, en banlieue est de Casablanca. C’est là que Christine, le premier enfant de la famille Caravaca, morte à trois ans, a été enterrée. Caravaca, né après ce décès ainsi que son frère, veut savoir pourquoi ses parents ne lui ont jamais parlé de cette sœur, et pourquoi il n’existe aucun souvenir d’elle (photos, films et autres), puisque la mère a tout détruit !

On aura tout à la fin que l’enfant était trisomique, et que sa mère a voulu cacher cette vérité. Mais, ô surprise, Caravaca retrouve, dans la maison du quartier de l’Oasis que sa famille habitait et qui appartient aujourd’hui à une Marocaine ayant travaillé pour elle, quelques souvenirs, dont une photo représentant la tombe avant sa dégradation. Étrangement, la petite fille n’a pas l’aspect d’un enfant trisomique. Le mystère est à peine éclairci.

Le film est beau, clair, mais laisse une impression de malaise, surtout en raison de l’obsession de la mère. Dans le genre documentaire, il est tout à fait original.

En bref : à voir.Haut de la page

Geostorm

Mercredi 8 novembre 2017

Réalisé par Dean Devlin

Sorti en France (Festival de Cannes) le 21 mai 2017

Sorti en France le 1er novembre 2017

Le réalisateur a été le scénariste de Roland Emmerich, auteur de films-catastrophes hollywoodiens, qui s’amusent à montrer la destruction des grandes villes états-uniennes, généralement New York ou Los Angeles, avec parfois une incursion dans d’autres pays sans importance comme l’Inde ou... la France. Et lorsque Washington est touchée, cela ne rate jamais, la Maison-Blanche est détruite ! Ici, c’est un peu plus universel, puisque sont également touchés Rio, Paris ou Orlando.

Le thème : tous les pays du monde se sont associés pour contrôler le climat et prévenir les catastrophes, grâce à un réseau de satellites chargés de détruire la source des tempêtes, mais bien sûr, tout cela se dérègle, sinon il n’y aurait pas de film. Le dispositif était-il mal conçu ? Non, on apprend que le vice-président des États-Unis voulait ramener le monde à son état de 1945, en détruisant tous les pays autres que le sien. Heureusement, quelques héros veillent...

C’est plus spectaculaire que 2012 ou San Andreas, même si on a un peu de mal à suivre les péripéties, dont au fond on se fiche. Le film est très bruyant, la musique est abominable comme toujours, mais, en compensation, les destructions sont beaucoup plus copieuses que d’ordinaire. Bref, on s’amuse, ce qui devient rare au cinéma.

À noter que le héros est joué par Jim Sturgess, un beau garçon que je ne connaissais pas encore.

En bref : à voir.Haut de la page

Jalouse

Vendredi 10 novembre 2017

Réalisé par David Foenkinos et Stéphane Foenkinos

Sorti en France (Festival d’Angoulême) le 26 août 2017

Sorti en France le 8 novembre 2017

On se régale, à se demander ce que cette femme foncièrement méchante, assez proche du personnage central de Tatie Danielle, va bien pouvoir inventer pour vexer son entourage. Néanmoins, lorsqu’elle empoisonne (involontairement) sa fille, allergique aux cacahuètes, avec de l’huile d’arachide versée dans sa salade, on se dit que le scénario sollicite un peu trop la bonne volonté du spectateur.

Mais le film a la vertu de ne pas s’étaler en longueur.

En bref : à voir.Haut de la page

Au revoir là-haut

Lundi 13 novembre 2017

Réalisé par Albert Dupontel

Sorti en France (à Saint-Lô) le 27 juillet 2017

Sorti en France le 25 octobre 2017

Des sept films de Dupontel, je n’avais apprécié (un peu) que Le créateur, mais pas du tout les autres. Or, ici, à partir d’un roman de Pierre Lemaître ayant gagné le Prix Goncourt en 2013, il tire un inattendu chef-d’œuvre, brillant, compliqué, et anarchiste, comme toujours chez lui. Il est vrai que la corruption des prétendues élites n’a jamais cessé, surtout en ce moment.

On savait déjà que Dupontel était plutôt casseur d’assiettes, et il illustre ce point de vue en tapant à coups rédoublés sur les officiels, pendant et après la Première guerre mondiale, le pire étant le personnage joué par Laurent Laffitte, qui est une parfaite ordure sans le moindre scrupule, mais sera puni par où il a pêché. Mais la distribution est dominée par Nahuel Pérez Biscayart, acteur et réalisateur argentin, peu connu mais qui sera une vedette très vite.

Par ailleurs, ce film ridiculise Kubrick, ses Paths of glory (en français, Les sentiers de la gloire), avec ses soldats français braillant des “Yes sir” et ses tranchées rectilignes et aussi propres que les couloirs de l’Hôtel Overlook dans The shining. Avec beaucoup moins d’argent, soit cinq millions d’euros, Dupontel a réussi une mise en scène grandiose, que certains pisse-vinaigre de la critique ont jugée un peu trop soignée !

Je n’ai relevé qu’une seule bévue, dans le dialogue, lorsqu’un personnage s’extasie sur « la technologie allemande ». Je ne crois pas qu’à l’issue de la guerre de 14-18, on confondait déjà technique et technologie...

Pour le reste, l’identification du spectateur aux deux héros de cette histoire fonctionne parfaitement, et le film ne semble pas trop long.

En bref : à voir absolument.Haut de la page

La mélodie

Mercredi 15 novembre 2017

Réalisé par Rachid Hami

Sorti en Italie (Festival de Venise)le 2 septembre 2017

Sorti en France le 8 novembre 2017

Film au schéma classique, mille fois utilisé : un professeur débarque dans une classe de sixième « difficile » et s’oppose à tous les élèves, qui ont tendzance à la chahuter. Mais il finit par gagner leur respect.

La principale – et la seule – originalité consiste en ce que ledit professeur est musicien de profession : il est violoniste, et il tombe dans une classe dont les élèves apprennent le violon. Naturellement, l’élève le plus hostile va devenir son plus fidèle soutien, comme toujours dans ce type de film.

L’acteur principal et quelques-uns des enfants ont appris à placer leurs doigts pour sembler jouer du violon. Mais la fin flanque tout par terre, car tous parviennent à une telle perfection lors du concert final à la Philharmonie, qu’il est impossible d’y croire, surtout par le fait qu’ils étaient partis de rien, alors que le violon est l’instrument le plus difficile à maîtriser.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

The foreigner

Jeudi 16 novembre 2017

Réalisé par Martin Campbell

Sorti en Chine (à Pékin) le 24 septembre 2017

Sorti en France le 8 novembre 2017

 

Adapté d’un roman anglais, le film est dominé par ses deux vedettes, Pierce Brosnan et Jackie Chan, le second voulant obtenir du premier les noms des terroristes qui ont commis l’attentat à la bombe dans lequel a péri sa fille.

Très divertissant, malgré la violence des affrontements.

En bref : à voir.Haut de la page

Diane a les épaules

Vendredi 17 novembre 2017

Réalisé par Fabien Gorgeart

Sorti en France (Cadillac et Rennes) le 8 novembre 2017

Sorti en France le 15 novembre 2017

Le scénario tiendrait au dos d’un timbre-poste : Diane porte un enfant pour le bénéfice de deux amis homosexuels. Mais elle tombe amoureuse d’un troisième homme. Va-t-elle changer d’avis et vouloir garder le bébé ? Non, finalement, elle s’en fiche.

Dans ce film qui tente d’illustrer une « grande » question sociale, aucun des quatre personnages n’a le moindre intérêt. Outre cela, Clothilde Hesme est crispante, car elle surjoue toutes ses scènes, qui de surcroît sont trop longues (celle de l’accouchement, notamment, et celle des pleurs dans la voiture, qui rappelle fâcheusement la séquence finale de Vive l’amour).

Et puis, il y a cette scène incompréhensible : Diane a mis l’enfant au monde, mais, dans la scène qui suit, elle est enceinte, puis elle ne l’est plus à l’épilogue ! Fantasme ?

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

Happy birthdead

Mercredi 22 novembre 2017

Réalisé par Christopher Landon

Titre original : Happy death day

Sorti en Israël (Festival d’Haïfa) le 7 otobre 2017

Sorti en France le 15 novembre 2017

Pour une fois, le titre choisi pour l’exploitation en France n’est pas stupide. Et le film lui-même bénéficie d’un scénario ingénieux et d’une bonne réalisation, qui se renouvelle constamment. Le personnage féminin central est une fille assez antipathique, qui revit jour après jour la même journée, comme dans Un jour sans fin (la ressemblance est assumée, puisque ce film ancien est cité textuellement par le garçon de l’histoire, alors que la fille n’en a jamais entendu parler !).

C’est à la fois drôle et attendrissement, surtout, à cause du jeu varié de l’actrice principale, Jessica Rode, et du charmant garçon qui protège l’héroïne, joué par Israel Broussard.

En bref : à voir.Haut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le mercredi 22 novembre 2017.