JPM - Films - Notules - Mai 2002

Notules - Mai 2002

 

Plus courtes que les critiques, les notules traitent d’un ou plusieurs films, ou de sujets d’actualité en rapport avec le cinéma. Jusqu’en septembre 2004, elles provenaient de divers forums aujourd’hui disparus. Par la suite, elles s’en affranchissent et sont rédigées directement ici.

Œuvres citées (entre parenthèses, autres que des films) : Une affaire privée – Fenêtre sur cour – La mariée était en noirBridget – La couleur pourpre – Amistad – La liste de Schindler – Indiana Jones – Les dents de la mer – Une journée particulière – Playtime – L’attaque des clonesStar Wars : Episode II - Attack of the clones – Un coupable idéal – Le fabuleux destin d’Amélie Poulain – Irréversible – Le voyou

Personnes citées : Guillaume Nicloux – Brian De Palma – John Malkovich – Alfred Hitchcock – Cornell Woolrich – William Irish – François Truffaut – Bernard Herrmann – Grace Kelly – James Stewart – Amos Kollek – John Wayne – Clark Gable – Steven Spielberg – Woody Allen – Sophia Loren – Ettore Scola – Marcello Mastroianni – Adolf Hitler – Benito Mussolini – Silvio Berlusconi – Xavière Tiberi – Jacques Tati – George Lucas – Hayden Christensen – Gaspar Noé – Claude Lelouch – Nicole Croisille – Monica Belluci – Vincent Cassel

Une affaire privée

Jeudi 2 mai 2002

Réalisé par Guillaume Nicloux

Sorti en France (Festival de Cognac) le 13 avril 2002

Sorti en France le 30 avril 2002

Une affaire privée a failli être un bon film. Si seulement il avait été plus court et plus clair ! Franchement, je n’ai rien compris à l’histoire. C’est assez prenant au début, puis j’ai fini par perdre le fil. Dommage.

Vous savez que la France attire beaucoup les étrangers ? Brian De Palma a fait son dernier film à Paris, et John Malkovich met en scène une pièce au théâtre Marigny. Il est vrai que lui est très francophile.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

À propos de Fenêtre sur cour

Vendredi 3 mai 2002

Fenêtre sur cour (et pas « sur court », le tennis tenant peu de place dans cette histoire) est l’un des meilleurs films de sir Alfred. Il est adapté d’une nouvelle de Cornell Woolrich, alias William Irish, par ailleurs auteur de La mariée était en noir, dont Truffaut a fait un excellent film musiqué par Bernard Herrmann. Ce qui est intéressant, c’est que l’auteur de la nouvelle n’avait pas du tout prévu qu’Hitchcock ferait de son texte une série de variations sur le mariage.

Grace Kelly a fait trois films avec Hitchcock, et James Stewart, quatre. Tâchez de le voir à la télé, où il passe fréquemment.

Haut de la page

Bridget

Vendredi 3 mai 2002

Réalisé par Amos Kollek

Sorti en Allemagne (Festival de Berlin) le 7 février 2002

Sorti en France le 30 avril 2002

Vu Bridget ce matin. C’est n’importe quoi. Il paraît que c’est le troisième épisode d’une trilogie, mais je n’ai pas vu les deux premiers. Vais-je y survivre ?

En bref : inutile de se déranger.Haut de la page

James Stewart

Vendredi 3 mai 2002

Un détail pas très connu sur James Stewart : c’est l’acteur qui avait le grade le plus élevé dans l’Armée des États-Unis. En effet, il était général. John Wayne et Clark Gable n’étaient que colonels. Il y a eu une époque où, en Espagne, on n’admettait pas les comédiens dans les grands hôtels. Mais on y admettait James Stewart, à cause de cela.

Haut de la page

Spielberg - Woody Allen

Samedi 11 mai 2002

Spielberg a raté son coup pour A.I., parce qu’il veut toujours en faire trop, et qu’il souffre d’un excès de sentimentalité. En fait, chaque fois qu’il a voulu tourner un film sérieux (certains disent « adulte »), il s’est planté. Ça a été le cas pour La couleur pourpre, son premier film sérieux, puis pour Amistad, La liste de Schindler, et maintenant celui-ci. Je ne veux pas dire que c’est un mauvais réalisateur, car il est très bon dans les films d’action comme les Indiana Jones et Les dents de la mer. Mais il devrait s’abstenir de penser, et laisser ça aux Français !

La liste de Schindler aurait été plus réussie sans la scène de douches, qui a scandalisé tous les gens sérieux et concernés par ces questions. Le film est bon, assez émouvant, mais gâché par cette scène.

 

On attend avec impatience le dernier film de Woody Allen : un aveugle doit réaliser un film tout en dissimulant qu’il est aveugle !

Haut de la page

À la télévision : Une journée particulière

Dimanche 19 mai 2002

Très bon film ce soir sur Arte : Une journée particulière. Regardez bien le premier plan, avec la caméra qui monte le long de la façade de l’immeuble, entre dans un appartement par la fenêtre et suit pas à pas Sophia Loren en train de réveiller sa nombreuse famille. Ce film de Scola raconte l’histoire de deux exclus, une mère de famille et un homo (Mastroianni), seuls dans leur immeuble de Rome le jour où Hitler est venu rendre visite à Mussolini. Et dites-vous bien que c’est Berlusconi qui a tué le cinéma italien. On ne verra plus ce genre de film.

Haut de la page

Encore Une journée particulière

Lundi 20 mai 2002

À un moment, j’ai eu un choc : on voit longuement Sophia Loren dans l’embrasure de la porte, et le nom « Tiberi » sur la plaque, juste à côté. Je me suis dit que Xavière avait fait un séjour dans un institut de beauté.

 

Sophie Loren, madame Tiberi
Haut de la page

Sur Playtime

Lundi 20 mai 2002

On ressort Playtime, de Jacques Tati, dans sa version d’origine, et l’on entend beaucoup dire que la production a censuré le metteur en scène pour des raisons commerciales.

Il se trouve que j’ai vu cette version d’origine, qui durait 2 heures 45... et c’était horriblement emmerdant ! Si on a allégé le film, c’était pour le rendre un peu plus dynamique. Tati avait des tas de qualités, mais le sens du rythme propre à la comédie lui faisait défaut. C’est flagrant, et on va le vérifier avec cette ressortie de Playtime. Ce soir, sur Arte, vous pourrez le vérifier aussi avec Trafic.

Haut de la page

L’attaque des clones

Samedi 25 mai 2002

Réalisé par George Lucas

Titre original : Star Wars : Episode II - Attack of the Clones

Sorti aux États-Unis et dans 40 autres pays le 16 mai 2002

Sorti en France le 17 mai 2002

Certes, je hais les acteurs. Hitchcock a dit que les acteurs étaient du bétail, et ce n’est pas gentil pour le bétail, vu que les membres de cette engeance (qui s’intitulent « comédiens » parce que ça fait tellement bien) ne sont pas comestibles. Mais je ne prétends pas que Hayden Christensen est un acteur, et je m’en fous totalement. Ce garçon est beau, un point c’est tout. Pour ce genre de films, c’est bien suffisant.

En bref : à voir à la rigueur.Haut de la page

Un coupable idéal

Mardi 25 mai 2002

Si vous n’avez pas regardé, jeudi dernier sur France 2, le documentaire français Un coupable idéal qui a eu un Oscar à Hollywood (et rien à Amélie Poulain, ha ha !), il repasse dimanche sur France 5. Ne le ratez pas, vous verrez en marche la Justice états-unienne.

En bref : téléfilm, à voir absolument.Haut de la page

Irréversible

Lundi 31 mai 2002

Réalisé par Gaspar Noé

Sorti en France le 22 mai 2002

Irréversible est un gentil petit film, délicieux et tout à fait charmant, que vous allez adorer.

J’ai ricané dans ma barbe en lisant le carton de fin, « Le temps détruit tout » : mais c’est du Lelouch ! Il manque une chanson de Nicole Croisille. Si le réalisateur avait eu deux sous d’esprit, il aurait remplacé le mot FIN par le mot DÉBUT, puisqu’il a commencé son film par le générique de fin défilant à l’envers.

Somme toute, le film oscille entre le répugnant et l’emmerdant. La scène d’ouverture entre les deux types qui causent dans la chambre ne sert à rien, et la caméra, qui n’a rien à montrer, bouge tellement qu’on ne sait plus où est le haut et où est le bas. Pareil ensuite avec la scène de foule devant la boîte homo : on dirait que Noé veut montrer à tous qu’il sait se servir d’une Louma.

Au passage, encore un ricanement : une boîte gaie qui s’appelle « Le rectum », je demande à voir ! Ouarf ! À Paris, les boîtes gaies s’appellent « Le Dépôt », « Le Keller » ou « Le Gobelet d’Argent ». Pourquoi pas « Le Trou du Cul », tant qu’on y est ?

Je plains Monica Belluci d’avoir dû tourner cette scène de viol, sans doute pénible au-delà du raisonnable, mais en même temps, elle aurait pu s’en dispenser, elle gagne assez d’argent. Quant à Vincent Cassel, je confirme ce que j’ai déjà dit de lui : que cet acteur intelligent et cultivé sabote sa carrière en ne tournant que des conneries. Ce n’est pas parce qu’on est venu au monde avec une tête de voyou qu’il ne faut jouer que ce genre de rôle.

Pour ce qui est de raconter le film à l’envers, c’est une fausse bonne idée, car on commence sur un temps fort et on finit sur des platitudes, et le public s’emmerde ferme durant l’interminable scène de couple à poil. Des histoires racontées dans le désordre, même Lelouch a faut mieux avec Le voyou. Or ce film ne visait qu’à distraire ; ici, on veut philosopher, et c’est d’une prétention apothéosique. Vous savez quoi ? Quand on sort de là, on a envie, pour se décrasser l’esprit, de visionner un bon vieux film porno, c’est infiniment plus propre, car sans hypocrisie.

Finalement, je ne me suis intéressé qu’à la technique : comment faire un plan séquence aussi long dans un lieu public (dix minutes, pas plus, car les bobines de pellicule ne contiennent que six cents mètres, il me semble), comment montrer le bousillage progressif du crâne d’une victime sans aucune coupure dans le montage, comment faire apparaître le sang sur le visage de Monica Belluci sans interrompre la prise de vue, etc.

En bref : à fuir.Haut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le lundi 5 octobre 2015.