Kinopoivre, les films critiqués par Jean-Pierre Marquet - Vite !

Vite !

Les critiques et notules de ce site peuvent sembler longues aux lecteurs pressés. Pour eux, ces aperçus en peu de mots. Ils sont classés par pages, en suivant l’ordre alphabétique. Au sommaire de celle-ci, Taxi Téhéran, The navigators, There will be blood, Tigre et dragon, Too much Johnson, Troie.

Chiffres A1 A2 A3 B C D E F G H I J K L1 L2 L3 L4 L5 L6 L7 L8 M1 M2 N O P Q R S T U V W Y

 

Barême :

Classique 4 étoiles

À voir absolument 3 étoiles

À voir 2 étoiles

À voir à la rigueur 1 étoile

Inutile de se déranger 0 étoile

À fuir À fuir

T

Taxi Téhéran3 étoiles
de Jafar Panahi
avec Jafar Panahi

Jafar Panahi, cinéaste qui a écopé en Iran de vingt ans d’interdiction de travailler, fait ici comme d’habitude : il tourne clandestinement, afin de réaliser ce film très scénarisé, où il se montre en chauffeur de taxi, chargeant divers passagers qui parlent beaucoup de leur situation personnelle et de leurs idées, brossant ainsi un tableau pas très flatteur de l’Iran, et qui rappelle la méthode et l’esprit du Ten de Kiarostami. Mais il ne s’agit plus ici de la condition féminine exclusivement.

The navigators2 étoiles
de Ken Loach
avec Paul Dawson, PJ DeBoy, Jay Brannan, Sook-Yin Lee, Raphael Barker, Lindsay Beamish, Peter Stickles, Alan Mandell, Adam Hardman, Jesse Hardman, Ray Rivas, Shanti Carson, Jan Hilmer, Justin Hagan, Stephen Kent Jusick, Yolonda Ross, Daniela Sea

Margaret Thatcher et son pâle successeur John Major réussirent fort bien la démolition de l’économie britannique, et ce film de Ken Loach nous en administre un exemple : la décadence des chemins de fer du Royaume-Uni. British Railways, la société nationale des chemins de fer britanniques, équivalent de notre SNCF d’avant la réforme, ne fonctionnait pas si mal, naguère. Il urgeait donc de foutre la pagaille dans une si belle construction, au nom du libéralisme économique.

Ken Loach montre comment British Railways a ainsi été vendue, non pas à une firme unique, mais à plusieurs. Dès lors mises en concurrence, celles-ci se battent au couteau pour conserver leurs clients ou détourner ceux de la voisine, et cela entraîne d’abord, des économies sur tout, à commencer par le personnel : on licencie à tout va. Puis l’instauration de contrats ignorant superbement la protection sociale et les congés payés. Ensuite, l’instauration de règlements absurdes. C’est ainsi qu’un patron décrète que, désormais, sa société ne devra pas compter chaque année plus de deux morts par accident. Réaction rigolarde des gars auxquels on énonce cette géniale disposition : on n’a pas eu de morts depuis dix-huit mois, est-ce qu’il y a des volontaires ? Et ceci : deux membres d’une même équipe, vu les aléas de la « restructuration », peuvent désormais appartenir à deux firmes concurrentes ! Ainsi, un ouvrier détenteur – et seul utilisateur compétent – de tel équipement sur un chantier n’a plus le droit de s’en servir au profit des autres, et le travail s’arrête. Belle vision du rendement amélioré !

Tout cela est bâti comme une comédie amère, et on doit seulement regretter que Ken Loach, selon son habitude, ait voulu pousser les choses au noir et terminer son récit sur l’épisode d’un accident mortel.

LireHaut de la page
There will be blood3 étoiles
de Paul Thomas Anderson
avec Daniel Day-Lewis, Paul Dano, David Willis, Colleen Foy

Variation sur le bien et le mal, illustration très personnelle d’une partie de l’histoire des États-Unis, et vision moderne sur le cynisme de l’enrichissement qui est la seconde religion de ce pays. Daniel Plainview se lance, tout seul et avec acharnement, dans la recherche pétrolière en 1898. Après des débuts difficiles, son obstination lui vaut un début de réussite, et, quatre ans plus tard, le voilà possédant quelques puits et un peu d’argent à investir dans le même domaine. Son argent lui permet de rouler une famille de fermiers dont le terrain, qu’il achète, est gorgé de pétrole. Mais le fils de cette famille, Eli, faux prédicateur, devient son plus acharné ennemi. Et lorsque, un quart de siècle plus tard, Eli se croit en position de se venger, Plainview le force à admettre son imposture religieuse, puis, la dispute s’envenimant, il le tue à coups de quille de bowling !

LireHaut de la page
Tigre et dragon0 étoile
d’Ang Lee
avec Chow Yun Fat, Michelle Yeoh, Zhang Ziyi, Chang Chen

Film dans la tradition chinoise : conte pseudo-philosophique situé dans un passé indéterminé, amour contrarié mais sexuellement orthodoxe, et arts martiaux. Passées les premières minutes d’exposition pas vraiment palpitantes, on découvre la principale originalité de cette œuvre, à savoir que le héros invincible est une héroïne – et que tous les personnages sont capables de voler ! Les multiples bagarres qui ponctuent l’histoire ont donc lieu... en l’air. C’est assez joli et amusant au début, puis on s’en lasse.

La Chine ? Il y a deux Chine, la continentale, sympathique dictature communiste, et l’autre, Taiwan. Or le cinéma taiwanais est sans doute celui qui est le plus doté de vitalité actuellement. En Asie, c’est le seul qui ne se vautre pas dans le conte moral, le récit des légendes du passé, l’éternel rêve d’une grande nation déchue – bref, le radotage.

LireHaut de la page
Too much Johnson2 étoiles
d’Orson Welles
avec Joseph Cotten

Premier film de Welles, deux ans avant Citizen Kane et dans le style burlesque. Longtemps considéré comme perdu, puis retrouvé et remis à neuf. Intérêt purement anecdotique.

LireHaut de la page
Troie0 étoile
de Wolfgang Petersen
avec Brad Pitt, Brendan Gleeson, Diane Kruger, Eric Bana, Orlando Bloom, Julie Christie, Peter O’Toole, Brian Cox, Nathan Jones, Jacob Smith, Julian Glover, John Shrapnel, Siri Svegler, Sean Bean, Lucie Barat, Garrett Hedlund, Saffron Burrows, Luke et Matthew Tal, Rose Byrne, Vincent Regan, Tyler Mane, Frankie Fitzgerald

Visiblement influencé par le succès inexplicable de Gladiator, autre navet à succès, Troie emploie des procédés identiques : vedettes plus ou moins estampillées, combats, figuration et décors numérisés, photographie absolument hideuse, musique auprès de laquelle les compositions de John Williams sont du Mozart, et une maxi-dose de comique involontaire. Ajoutons que les moments tristes sont sonorisés avec une musique du style « publicité pour Gaz de France ».

Pas triste, en revanche, la mort d’Achille : comme il a reçu de Pâris la flèche dans le talon qui doit le tuer, mais que ces veaux de spectateurs ne sont pas obligés de savoir qu’il n’est vulnérable qu’à cet endroit, on lui expédie trois flèches supplémentaires dans la poitrine. Ce n’est plus Achille, c’est saint Sébastien !

Pour la circonstance, on a ressorti Peter O’Toole, on l’a retapé pour lui faire tenir le rôle du roi Priam, et on lui a caché ses bouteilles de whisky durant le tournage. La belle Hélène semble sortir des pages de « Vogue » ou de « Cosmo ». Pâris est si fade qu’il a l’air d’un Français. Quant à Brad Pitt, il ânonne son texte comme il peut, mais montre ses fesses, compensation néanmoins trop courte pour justifier le déplacement.

LireHaut de la page

Courrier Plan du site

Sites associés :    Yves-André Samère a son bloc-notes 125 films racontés

Dernière mise à jour de cette page le dimanche 21 août 2016.